Dans le cadre majestueux de l’Hôtel de Ville de Paris, le CNH a organisé la première édition des Sésames de l’Accessibilité Positive qui, outre le fait de récompenser les meilleures initiatives publiques et privées en matière d’accessibilité, a ouvert un grand débat animé par un journaliste de renom.

 

 

 

On participé à ce débat des personnalités, acteurs du monde sociétal, reconnues pour la pertinence de leur pensée, la qualité de leur expertise, leur vision éthique et l’humanisme dont ils font preuve. Chacun dans son domaine de compétence se trouve, de près ou de façon périphérique, lié à la mise en accessibilité de notre pays. Le thème de réflexion qui leur a été proposé reposait sur cette interrogation légèrement provocatrice :

 

 

« L’Accessibilité : Sésame de la Cité de demain ? »

 

Afin d’enrichir au mieux le débat et compte tenu de l’expertise de chaque intervenant, nous nous sommes posés un certain nombre de questions susceptibles d’apporter des réponses concrètes exploitables. Par exemple :

 

Débat 1 : L’urbain,

 

 

Aujourd’hui encore une personne handicapée est une personne en fauteuil roulant. La loi de 2005 en intégrant toutes les typologies de handicap et en prônant l’accessibilité partout et pour tous, a su aller il faut le reconnaître au-delà de ce regard caricatural. Mais cette loi en définissant des normes parfois impossibles à respecter, impose des contraintes sans proposer de véritables solutions. On se rend compte que personne ne connaît vraiment l’univers du handicap. La construction de la cité de demain qui verra la métropole couvrir plus de 80 % du territoire national, exige une formation, une pédagogie et une information exhaustives. Ne faut-il pas s’efforcer d’associer l’humain et ses différences à l’urbain et ses exigences ?, dans un souci permanent d’harmonisation au bénéfice de chacun de nous : valide ou non valide. L’homme et son environnement sont-ils dissociables ?

 

Débat 2 : L’humain

 

La construction harmonieuse de la cité de demain requiert de considérer chacun à la fois dans sa différence et faisant partie intégrante de l’édifice. Cette vision exige de porter un regard de diversité sans discrimination de population : valides-non valides, personnes jeunes-personnes âgées. Dans une société où le syndrome de l’homme standard, versus humanoïde robotisé, ne cesse de progresser, il faut s’interroger sur le monde que l’on entend choisir pour demain. Cette interrogation pose le problème de la tolérance à l’égard de l’autre. Jusqu’où suis-je prêt à aller pour l’intégrer ? Comment faire pour que l’homme à la fois consommateur et acteur puisse avoir accès à tout ? Cela revient-il, par exemple, à ne plus contraindre des entreprises à employer des personnes handicapées avec l’épée de Damoclès de la pénalité au-dessus de leur tête, mais plutôt de leur montrer combien en exploitant au mieux les capacités réelles de chacun, leur emploi devient une opportunité majeure pour elles ?

 

Débat 3 : Le citoyen 

 

Valides ou non valides nous avons tous un point commun : nous sommes tous des citoyens. Encore faut-il définir ce que l’on entend par le mot citoyen. Dans son acception actuelle, la citoyenneté est le fait pour une personne, pour une famille ou pour un groupe, d'être reconnu comme membre d'une cité nourrissant un projet commun auquel ils souhaitent prendre une part active. Dans l’antiquité le citoyen était celui qui justement jouissait du droit de cité, partant qui était admis dans un domaine déterminé. Et si désormais être citoyen revenait à jouir intégralement de cette cité de demain sans discrimination valide-non valide, par la prise en compte de la différence dans ce qu’elle nous apporte et non plus dans ce que l’on croit qu’elle nous retire ? Et si être citoyen ce n’est pas plutôt privilégier telle ou telle posture pour survivre en se souvenant que l’homme invente en permanence et qu’ainsi il se régénère au bénéfice de sa propre survie ?

 

Enfin nos avons abordé une nouvelle notion que nous avons appelé l’Accivilité ® et qui pose le problème du respect et de l’implication citoyenne afin de réussir ensemble, partout et pour tous cette indispensable mise en accessibilité.